Menu principal:

Maitres Chiens d'Avalanches des Hautes Alpes


Aller au contenu

La Formation



Être maître-chien de recherche en avalanche n’est pas un métier mais une passion !
Souvent, les maître-chiens sont pisteurs secouristes et pour eux c’est un « investissement supplémentaire » dans leur métier de secouriste en station de ski.
Le chien fait partie du plan de secours et doit être présent avec son maître dans la station mais n'intervient que rarement.

Le Quotidien :
Les maîtres devront gérer leur chien au quotidien sur les pistes et au poste de secours, le faire accepter par les autres secouristes de leur équipe, les maintenir opérationnels, garder une relation de complicité dans le binôme. C’est un investissement non seulement en saison hivernale, mais également toute l’année…. Le chien vit aussi l’été et son éducation est continue, au même titre que son relationnel avec son maître.
Le choix du chiot :
Pour devenir maître-chien d'avalanche, le choix du chiot est primordial pour l'activité que nous allons lui demander. Les moniteurs sont à la disposition pour aider le futur maître-chien dans sa sélection. La nouvelle équipe devra être fusionnelle. Berger allemand, Golden Retriever, Labrador, Border Collie ou Malinois… pour les plus connus, le choix est difficile, mais important pour la suite !!!
L’éducation :
Le chiot commence à être éduqué dès 3 mois avec un instructeur sur l'obéissance, la sociabilité et le jeu qui servira par la suite à la recherche de personnes, cette phase est appelée « le débourrage ». C’est une période très importante dans la vie du chiot. Le jeu se met en place avec un « boudin de jeu », boudin qui deviendra l’objet de la motivation. Le chien va chercher son boudin détenu par une personne cachée : le retrouver lui permettra de jouer… et donc d’être récompensé d’avoir trouvé. C’est le conditionnement : « je cherche, je trouve, je joue ».
La pré-formation :
Au bout de quelques mois, le chien débute la préformation qui dure près d'un an. Il fera de la recherche en terrain sec (travail d’automne), puis il participera à un hiver de formation afin de découvrir la recherche en neige. Il faudra alors déclencher le grattage et la fixation sur les odeurs qui sortent de la neige.
Le chien sera capable de faire la différence entre les odeurs « lourdes » laissées sur la surface de la neige et les odeurs dites « légères » qui se faufilent à travers le manteau neigeux. Ce sont ces odeurs légères qui permettront au chien de localiser les personnes ensevelies.
Cette préformation sera suivie d'une évaluation afin d'obtenir un pré-requis pour la formation initiale des maîtres-chiens d'avalanches.
La formation :
La formation initiale dure 15 jours avec 2 évaluations sommatives à la fin de chaque semaine et sera clôturée par 3 journées d'évaluations certificatives pour l'obtention du diplôme.
Cette formation est mise en place par le seul centre formateur agréé par le Ministére de l'Interieur, l’ANENA à Grenoble (Association National pour l'Etude de la Neige et des Avalanches). Elle est mise en place en début d’hiver. www.anena.org
Lors de cette formation initiale, le maître aussi sera jugé sur ses compétences… physiques, techniques et de secourisme.
Afin de valider cet examen le conducteur sera en évaluation technique à ski en toute neige en compagnie de son chien, sur sa connaissance du milieu montagnard et sur son aptitude de recherche avec un DVA durant tout le stage. La maitrise sécurisée du chien en montée comme en descente est indispensable.
Après validation de ces acquis, l’équipe cynophile sera déclarée apte à la recherche de victimes en avalanche. Les équipes seront désormais suivies par la préfecture pour le maintien opérationnel.
La retraite :
Les chiens ne sont évidement pas abandonnés après leurs bons et loyaux services…certains le pensent encore ! Pour chaque maître chien c’est aussi le chien du foyer familial ou enfants et conjoints vivent au quotidien avec cet animal de compagnie. Alors l’abandonner, il n’en est pas question ! Les chiens finissent tranquillement leur vie à la maison au sein du foyer où ils ont tout le temps vécu. Ces chiens partent à la retraite entre 8 et 10 ans suivant leur état de fatigue. Certains vieillissent plus vite que d’autres. C’est au conducteur de mettre toute en œuvre pour économiser son compagnon tout au long de sa carrière.